Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 20:35

 

Les rouleaux de la mémoire

 

Dans la maison de mon père

sous les voliges du faux grenier

à plat ventre dans les frisons

les vrillons les copeaux les cartons

ondulés

j'écoutais dans le bourdon des mouches

folles

les rouleaux silencieux d'un gramophone

aphone

Mais le ronron de la mécanique

relançait tous mes rêves

vers d'anciennes musiques

et des voix inconnues

qui me reconnaissaient

 Yves Cosson

 

                    chateaubriant Un petit rien bordé de jaune

 

Oui si tu es sage

Ma mère me disait

Tu l'auras

Ton petit-rien-bordé

De-jaune

Et je voyais

Merveilles

Ali-Baba et sa caverne

A travers

Les trous

du

Plancher

Et l'arc-en-ciel

des caves fraîches

 

 

Journal La Mée

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 19:57

 

210

 

 

l'enfant rit

toi qui appelles la mer

tu sais

son coeur est un oiseau qui se balance

entre la tendresse des mots

une aile bleue

une aile verte

la rose et l'étoile l'accompagnent

l'enfant rit

son ombre danse

mais un jour

le roi de l'étendard noir décrète

le rire blasphématoire

on frappe le poème

le coeur éclate en gerbes de soleil

l'oiseau s'envole

le rire de l'enfant dans la gorge

sur l'herbe danse toujours

une ombre d'étoile et de rose

 

 

Rabah Belamri

10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 17:40

 

Mette Ivers

  Mette Ivers

 

 

 

Doux enfants de la nuit qui venez à nos fêtes

épiant dans nos yeux le soleil oublié

beaux enfants de la nuit qui portez dans vos têtes

l'effroi d'un monde mort à nos rêves liés

 

Mains enfantines mains faites pour des conquêtes

plus vastes que la mer clairs doigts ensommeillés

mains enfantines mains fraîches mains qui s'apprêtent

à livrer à la nuit leurs bouquets effeuillés

 

Enfants calmes enfants aux yeux de tendre bête

brûlant d'une immobile et douloureuse quête

la ténèbre glacée où vous êtes vivants

 

Comment vous appeler comment sourire enfants

quand vous tournez vers nous les blessures secrètes

des yeux dans l'ombre ouverts aux ferveurs inquiètes

 

 

Jean Laroche

 

       Notre blog

Deux voix, deux coeurs, deux couleurs, un zeste de poésie, d'humour et de complicité